PRESSE Le salon Littéraire: « l’un cache l’autre et vice versa »

//PRESSE Le salon Littéraire: « l’un cache l’autre et vice versa »

PRESSE Le salon Littéraire: « l’un cache l’autre et vice versa »

Carole Carcillo Mesrobian et Jean Attali : l’un cache l’autre et vice versa

Carole Carcillo Mesrobian et Jean Attali, « Le sursis en conséquence », coll. « La bibliothèque d’Orphée », Les Editions du Littéraire, Paris, 96 p., 15 E., 2017.

Entre espoir et désespoir, dehors et dedans, soi et l’autre, le livre de Carole Carcillo Mesrobian et de Jean Attali débouche sur une forme d’impossibilité. Certes la brassée des poèmes prend valeur d’un bel échange mais dont l’ambition est contrariée par les effets de réalité. Au milieu des images, parfums et sons le monde prend parfois l’allure d’une gare désaffectée. À l’extrême des bords du bleu, tout en haut, l’œil écoute mais ne distingue jamais que peu ce qu’il en est de l’amour : une sorte de  tête d’épingle dans la brûlure pâle qu’on voit avec le cerveau plus qu’avec l’œil, qu’on entend triller dans l’élévation de quelques oiseaux.

Et les dessins de Jean Attali sont là pour signaler la violence de l’impossible, la force de thanatos dans l’éros… LIRE LA SUITE

 

Article de jean-paul gavard-perret

By |2017-07-06T12:04:22+00:00juillet 6th, 2017|Categories: Actualités|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment